Novembre 2005

Le rythme dans la pratique de l’aïkido :

 

Les nouveaux pratiquants sont maintenant bien intégrés dans le club, et leurs comportements s’harmonisent avec le plus grand nombre.

 

Ainsi le groupe se constitue au fil de la pratique hebdomadaire mais également  grâce à la participation aux stages, où le rythme de travail y est différent : 

la pratique au sein d’un petit groupe, où  l’on se connaît tous, est bien distincte de celle que l’on aborde dans un grand groupe où l’on se connaît peu ou pas. 

 

Pratique qui, dans cette période de l’année, où les jours sont plus courts, se trouve également  modifiée. En effet, le corps et ses rythmes sont différents et ont une influence directe dans notre rapport avec les autres.

Tous ces changements sont porteurs de progrès car ils nous incitent à une écoute permanente non seulement de notre rythme mais aussi de celui de notre partenaire afin de trouver le rythme le plus juste face à une attaque et une technique souhaitée. 

 

Dès notre arrivée dans le dojo, nos actions sont rythmées par la pratique mais aussi par le groupe. On oublie tout ce que la vie nous oblige, toutes ces contraintes qui nous contraignent. L’enceinte du dojo est le lieu privilégié dans lequel nous pouvons laisser s’exprimer ce qui nous constitue. Notre vie s’appuie sur notre rythme personnel qui est moteur intérieur et nous fait vivre chaque jour. Le rythme est une succession d’alternances, de plein et de vide, de haut et de bas, d’anticipation et de décalage. 

Changer le rythme d’une attaque  provoque la  déstabilisation de son attaquant dont  l’intention se trouve alors déviée par cette rupture. 

 

Dans les mois à venir les échanges avec d’autres clubs nous permettront de progresser dans notre pratique.

Vous pouvez nous rejoindre tout au long de l’année à … et avec votre rythme. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :